Regarde

Regarde
Regarde ce que je vois
Suis mon doigt
Tu vois ce petit point,
Comme un diamant passé au fil de l’horizon
Posé sur un écrin
De velours indigo
Est-ce un voilier serein
Une étoile qui étreint
Ou notre astre brillant qui s’égare dans l’écume
Est-ce l’âme des marins
Remontée des abysses par les queues des sirènes ?

Ecoute
Ecoute ce que j’entends
Prête oreille
Accueille les murmures
L’esprit de la montagne fredonne en renaissant
Dans les branches du temps
Cette voix soprano
Est-ce le rire d’une cloche
Le regain en approche
Ou juste un mot d’amour qui s’égaie dans le vent
Est-ce le bruit du désir
Ces bulles pétillantes qui te font tant gémir ?

Regarde
Ecoute

Derrière ces murs

Extrait du registre de l’établissement pénitenciaire de Veusbarré. 29 juin 1907
« 241e jour en cellule d’isolement renforcé.
La détenue Delodec, matricule 05062007, Refuse toujours de manger… »

Eve de Laudec 2010

2,779 vues au total, 1 vues ce jour

5 Commentaires

  1. balandier

    Du temps d’Apollinaire. Plus aujourd’hui, comme le rappelait Audrey Chenu hier.
    Et je me souviens de mon arrivée au service militaire obligatoire où je suis photographié tenant une ardoise indiquant mon numéro de matricule.
    Les prisons ne sont pas forcément là où on les attend…

    Répondre
    1. admin (Auteur de l'article)

      Oui les prisons…Sont même à l’intérieur de nous. D’où le mot internement. Etre privé de son identité est insupportable.

      Répondre
  2. balandier

    Un début de roman, peut-être ? Car qui est donc cette détenue au nom sans particule ?

    Répondre
    1. admin (Auteur de l'article)

      Qui sait? Les enfermements sont si différents. N’oublie pas, Franck, que les détenus n’ont même plus de nom!

      Répondre
  3. admin (Auteur de l'article)

    18.10.2012 15:15 Robert-Henri DURU
    Bonjour Eve, Voici bien un exemple de texte visionnaire. Certes, il n’est nullement question ici de parapsychologie poètisée, mail Il l’est au moins dans son sens méditatif, car il m’a invité à voire d’autres images dans celles qu’il propose. Ceci:Une étoile qui étreint Ou notre astre brillant qui s’égare dans l’écume… Entre autre, cela me fait voir une étoile pulsar, qui, amoureuse d’une autre de mer, se diluerait dans l’écume pour mieux étreindre la mer entière.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>