Pôles

Colombine du rêve encore
A découvert le pôle nord
Emmitouflée d’éphémères
Dans les bras d’un Pierrot lunaire
Une musique cristalline
Des guitares tempétueuses
Inlassablent les devenirs
Les doigts levés en ban-the-bomb
Sur les pavés glacés
Des anciens défendus
Elle marche pieds nus

Puis renvoyée dans ses vingt-deux
Part à l’aile

Un vol plané en grand piqué
Elle atterrit au pôle sud
Où les racines se multiplient
Hanches vêtent son corps
Solidement ancrée au sol
Elle n’a pas vu à l’intérieur
La pourriture gagner ses peurs
Attend le temps
Plantes de pied grillées
Sur un sable en tourment
Elle marche pieds nus

Dans un cyclone de survie
Prise à l’œil

Elle se retrouve en suspension
Attirée jetée repoussée
Polarisant les bords arides
Ses aimants du nord et du sud
En désunion chantent magnétique
Elle oscille sur son fil à limbe
Au mouvement de novembre
Terreur d’un univers
Trop déboule trop chamboule
Sur l’inconnu qui vague
Elle marche pieds nus

Eve de Laudec
21 novembre 2010

1,452 vues au total, 1 vues ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>