Des paroles tremblantes
Des mots blancs qui déchantent
Le son désaccordé
S’étrangle aussitôt né
Le cœur aspire au tendre
Avant de se répandre
Un moment retenu
Par un pan si tenu
Elle n’ose pas elle n’ose
Ni en vers ni en prose
Adoucir sa luette
Décolorée muette
La chaleur du courroux
En elle de ce verrou
Comme des lames se glisse
Albâtre écrevisse
Se taire en murmurant
Est tout aussi disant
Que les cris et l’écrit
Sur scène ou dans la vie

Lance donc le pavé
Pour tout éclabousser
Entend le clapotis
Que ta voix fait aussi
Je t’ai connue plus rire
Apprends à nous le dire
Tu as tant à conter
Sommes sans satiété
Auteurs en société
N’aies crainte de bousculer
Parfois le meilleur rôle
Est celui qui le frôle
Discret dans le décor
Et non le verbe fort

Eve de Laudec
30 septembre 2010

851 vues au total, 1 vues ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>