Deux textes pour une image commune, quelle veine !
Dans ce vase communicant de mars 2013 qu’Amélie Charcosset et moi-même vous offrons, Amélie pose son sac de grande voyageuse chez moi http://evedelaudec.fr/ecriture/?page_id=578 et en sort une ville plaie qui dégorge un ailleurs poétique bouleversant,
et mon texte chez elle http://lesmainsdanslespoches.tumblr.com/

 

Ville plaie

Les artères de la ville
Deux avenues, flux et reflux des voitures
Et des vies – fragiles

Au milieu des peaux d’échappement
Peaux d’éventrement
Peaux dévalant
Une énième fuite
En avant

Je prends la tension
En pleine gueule
Parfois ici

Au bout de la rue l’immeuble explosé
C’est juin deux mille dix qui l’a voulu
Qui l’a volé
Ville cicatrice
Ville plaie et ville pleine
Rues vides des dimanches sans mémoire
Je cherche au bord des yeux les trottoirs
Les murs, les parapets
Et le silence juste
Après

Des chutes et déchets
La ville en bazar
Le cœur en bordel
La ville en débris
La vie en des bras
Et le corps pour voir

Ville paix et ville peine
Ville plaie et ville
J’espère jamais
Vaine.

Amélie Charcosset
Février 2013

1,571 vues au total, 1 vues ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>