juillet 2014

Les mots ont un fil qui les relie entre eux d’une façon aussi surprenante qu’irréaliste, car rien ne leur est interdit.
Pour nos vases communicants de juillet nous avons choisi d’insérer des mots aléatoires mais communs à nos deux textes : Teckel, infini, tupperware, amour, bas coté, escalier, sac poubelle et jamais.
Je reçois avec un immense plaisir Julien Boutonnier dont je salue le récent ouvrage qui fait déjà partie de ma bibliothèque numérique « Ma mère est lamentable », et lui confie mon site pour son texte que vous pouvez lire sur http:///evedelaudec.fr/ecriture/?page_id=503
Je lui laisse en garde mon chat envasé pour la circonstance sur http://julienboutonnier-peut-etre.blogspot.fr
Eve m’a proposé de suivre une règle simple. Insérer dans mon texte des mots imposés. J’ai eu l’idée de m’amuser à les combiner pour créer de petites cellules de prose.

amour – bas-côté – escalier – infini – jamais – sac poubelle – teckel – tupperware

1. sac poubelle – tupperware

Il m’arrive souvent, le soir, de vider le tupperware de ma compagne dans le sac poubelle.

2. amour – tupperware

Le matin, parfois, quand j’ai le temps, et que l’amour m’inspire, je dépose délicatement le repas de midi de ma compagne dans un tupperware

3. amour – sac poubelle – jamais

Je ne sais pas si c’est une preuve d’amour, mais le fait est là : c’est toujours moi qui sort le sac poubelle, ce n’est jamais elle.

4. jamais – sac poubelle

Jamais je n’ai sorti un sac poubelle en faisant un détour par la chambre pour vérifier que j’avais bien éteint la lumière.

5. escalier – infini

Quand je monte l’escalier juste derrière ma compagne et que mon regard est bercé par le doux balancement de ses hanches, l’infini désir de la prendre sauvagement, là, sans plus attendre, hurle dans ma peau.

6. teckel – bas-côté

Je n’ai pas souvent vu de teckel crevé sur le bas-côté de la route. Il n’est pas exclu que cela arrive un jour, tout comme il n’est pas exclu que j’entende une fois quelqu’un me dire : « Je suis un avironnier aveyronnais. »

7. amour – infini – teckel

Céline aurait pu écrire : « L’amour c’est l’infini mis à la portée des teckels et j’ai ma dignité moi ! », mais non, il a préféré les caniches. Sans doute a-t-il jugé que les teckels n’étaient pas à la hauteur de son génie.

8. bas côté – infini

Marcher sur le bas-côté de l’infini est une occupation nébuleuse à laquelle j’accorde autant d’importance que peu de temps.

9. teckel – escalier

Un teckel qui descend l’escalier est un spectacle saisissant et pathétique.

10. teckel – amour – escalier – infini

Il posa sa fourchette sur le bord de son assiette et affirma que dans Neuf semaines et demi Mickey Rourke et Kim Basinger font l’amour dans l’escalier d’un métro. Son teckel le toisa d’un air morgue.
Un jour finissait. Bientôt la nuit, la longue nuit, userait ses semelles sur le lino du petit studio.
Sa solitude était infinie.
Il se résigna à faire la vaisselle.

11. escalier – jamais

La scène de l’escalier dans Le cuirassé Potemkine, à jamais insurpassable, est revisitée dans Les incorruptibles et pastichée dans je ne sais plus quel Y a-t-il un flic…

12. amour – jamais

« Il le faut avouer, l’amour est un grand maître : ce qu’on ne fut jamais, il nous enseigne à l’être ; et souvent de nos mœurs l’absolu changement, devient, par ses leçons, l’ouvrage d’un moment. »Molière

13. tupperware – infini

Un tupperware est à l’infini ce que n’est pas une caresse à l’amour : un contre-exemple.

14. escalier – jamais

Je n’avais jamais fait un rêve aussi pénible : je croisais Jacky Sardou dans l’escalier de ma mère, elle me criait dans les oreilles : PO – LY – DENT ! PO – LY – DENT !

15. tupperware – bas-côté

Brownie Wise a inventé les réunions à domicile qui ont contribué au succès planétaire du Tupperware. Malgré cette contribution à l’aventure industrielle occidentale, son nom est oublié, il jonche le bas-côté de l’histoire.

16. teckel – bas-côté

Il doit arriver régulièrement qu’un teckel urine sur le bas-côté de la rue quelque part au Colorado, ou bien dans un canton suisse.

17. tupperware – jamais – teckel

Manger dans un tupperware avec les collègues à midi n’a jamais fait de mal à personne ! s’emporta-t-il. La véhémence de son propos n’avait d’égal que la grossièreté de ses manières. Il claqua la porte. La pauvre épouse secrétaire remit sa culotte en pleurant toutes les larmes de son corps. Gigi, son teckel dévoué, lui lécha les orteils en gémissant de concert.

18. tupperware – sac poubelle

On trouve parfois des cadavres coupés en morceau dans des sac poubelles, plus rarement dans des tupperware.

19. infini – tupperware

Si on pouvait mettre l’infini dans des tupperware, on finirait par le brûler dans des incinérateurs.

Julien Boutonnier
juillet 2014

1,801 vues au total, 1 vues ce jour

1 Commentaire

  1. admin (Auteur de l'article)

    04.07.2014 09:58 Dominique Hasselmann
    Belles combinaisons (l’escalier est la porte ouverte à pas mal de phantasmes). J’y pense : les réunions tupperware de l’UMP ont porté le prix de la boîte à un niveau in(di)gérable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>