Retournement

Me laisse porter par le grand chambardement opéré par le retourne-vice-et-versa, car aucun retour ne ment ni ne dit vrai d’ailleurs. Tout est merveilleusement subjectif et jouissif.
Se prendre au jeu, dans le tournis de l’inverse lexical.


Et si sans dessus dessous ? Pastiche pistache postiche potiche potache ? Pas touche !
Mots précipités, imprécis précités, chamboulement de lettres, en renversement de sens à vous retourner les sangs. Cruauté, crudité, cru dicté:
Le paronyme m’agonit d’extrême-onction tandis que j’agonise d’extrême ponction.
Imprudente impudence ! Dérangeons de concert les conserves épistolaires !
Avouons que nos lagunes linguistiques s’étendent quand nos lacunes pâles et uvées s’assèchent !
Opérons l’inversion des échardes au cou, des écharpes au cœur ! Osons ébranler l’habituel en palindrome originel.
Au radar, Eve erre, Eve rêve ici ses sagas,
Ou, comme l’affirme Gérard Durand dans un élan stomacal « Eve rejette le mot omelette, je rêve ».

Humblement je tente le retroussement des chaussettes syllabiques, pour en dégager l’effluve du boustrophédon. Ce mot sillonne en fou appeau, houx en pot, doux en peau, oulipo,
opiluo, uaep ne xuod, top ne xuoh,uaeppa uof ne ennollis tom ec.

Quiproquo du débit, parce que le début part en débandade, pniqropno bu bidé, qarce pue le bédu qart eu bédaubabe… et pourquoi pas ? p devient q, b remplace d, n imite u. Mes lettres prennent des libertés en me présentant leur derrière arrondi, elles confondent gauche et droite, avant et arrière, s’inventent tête-bêche, n’en reviennent pas de se poser sur l’absurde.
Trois petits tours, s’en sont allées, un peu honteuses. Tournez et retournez, manèges des phrasés !
J’entraîne de pas chassés en chas passés ma rieuse anagramme, dans un pêle-mêle thérapeutique car la guérison est dans le soigneur.
L’envers de l’endroit renvoie et rend vers, reviennent au galop les origines poétiques, recto verso.

Et si je rebroussais la situation ? J’entreprends ma conversion, de sceptique je vais croire, en tout, en vrac, en l’amour, en la paix, en la justice, en l’humanité…Hum, vanité, un retournement de vie, de veste fait trembler la vision, amène à l’évasion, bouleverse, tourneboule, me renvoie à mes pensées introspectives.
Je trébuche à leur morte. Lapsus calami ! Je trébuche à leur porte. Que me joues-tu, inconscient ? Ne t’aventure pas en sens interdit, un tiers dit, le reste tu. Je me tais et me retourne. Et mens.

Devecelaude (Eve de Laudec)
28 mars 2013

Texte composé pour les vases communicants d’avril 2013.

1,256 vues au total, 2 vues ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>