Le palindrome de solitude

Entendre.

Aujourd’hui, dix minutes de paroles,
Juste au téléphone.
Tu ne parles pas beaucoup, m’as-tu dit.
Non, je hurle, mais tu ne m’entends pas.
Je m’approche du miroir, le grand, celui où je me vois en tête-à-queue, de haut en bas je me prends à bras le corps, j’écarquille mon hurlement, je bouche bée, j’arque-boute mon ventre, j’expulse mes tripes, mon silence hurleur déferle comme une onde malfaisante, comme des fils qui se dévident en mèches endiablées, je me plie en deux, en huit, sonnée

Sonné ?
Téléphone.
-« allo, Madame Michel ? C’est pour un sondage »
-« ah non, Madame Michel est partie chercher son chat avec le père Lustucru, il n’y a personne ici », Je ne suis qu’une Madame Michel parmi d’autres, le nom passe-partout, le sésame le temps d’une enquête.

Ce n’est pas ce que j’attends. Mais je n’attends plus rien.
Je n’entends plus rien.
Le silence.
Bien sur, les bruits des enfants qui crient dans le jardin de la résidence ; le son mat du ballon qui retombe ;
Bien sur le pépiement du moineau des villes, égaré dans le maigre marronnier ;
Bien sur les télés qui rythment le but marqué ;
Moi, mon but, je ne le remarque pas dans ma cage.

Voir.

Vu personne.
Tu te désocialises, m’as-tu dit aussi.
En réalité, tu as dit désociabiliser; C’est surement se socialiser par la débilité.
Sortir, donc ?
Brandir une pancarte, scander « me voyez-vous me voyez-vous ? »

Oui, sortir. Pour faire croire que
Pour faire semblant.
Tout le monde le fait, ce doit être facile,
On se maquille, on virevolte en vice et renverse, on remue cils et terre, on brasse surtout beaucoup d’air pour le salir, on endosse les habits de lumière des néons, on voit son âme s’écraser comme les crottes de chien sur le trottoir, et on lance en l’air les dés stress…

Je reste confinée au fond de moi-même, et je sens le moisi maintenant.
Quoique ça me fera de la compagnie, quand les asticots en sortiront.

Qui suis-je ?

Juste un palindrome.
On me lit dans tous les sens, à l’envers de ma vie, à l’endroit de mon corps, surtout en sens interdit.
Jamais en sens unique.
Pourtant je suis unique. Mais pas dans le même sens.
Et je suis toujours la même, Même quand on me rend verse.

Eve

Eve de Laudec 2010

1,438 vues au total, 1 vues ce jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>